Dans la presse

PETITS EFFONDREMENTS DU MONDE LIBRE

Peu importe le sujet- mais peut-être n’il y a-t’il ici un seul sujet possible: le rapport de soi aux autres, à la société- ce qui est immédiatement troublant est la manière dont nous recevons ces paroles dans un entre-deux entre fiction et vérité. Le décalage crée une qualité particulière. Une communauté de plein pied s’est créé ipso facto autour de cette grande table, en confiance et empathie, et ce que nous entendons de la bouche de ces filles et garçons prend valeur de confidences, de témoignages authentiques, de choses vues et entendues.
Guy Degeorge, 13 janvier 2018, Un Soir Ou Un Autre

Radio Neo, Chaos du 11 janvier 2018, entretien avec Albertine Villain-Guimmara et Guillaume Lambert

Radio Campus, Pièces détachées du 15 janvier 2018, entretien avec Guillaume Lambert

OÙ VA MA RAGE / L’ÂME RONGÉE PAR DE FOUTUES IDÉES

L’âme rongée par des foutues idées sidère par son audace formelle. Porté par la voix de Lucie Leclerc, conteuse de la colère qui gronde ou témoin saisi par le cynisme des dominants, c’est une envoûtante danse de vie et de mort qui prend chair dans cette pénombre subtilement créée par Gauthier Ronsin […] On se plaint que les arts ne soient pas assez à l’écoute politique de leur époque. L’âme rongée par de foutues idées est l’expression du contraire.
Philippe Person, 8 mai 2016, Froggy’s Delight

Rarement un texte n’aura résonné autant avec l’actualité. La vie est au cœur de la motivation de cette espionne qui laisse peu de place à l’idéalisme, le théâtre vient ici en aide à la réalité pour lui rappeler que celle-ci pourrait davantage assumer sa part d’ombre et de violence.
Hadrien Volle, 9 mai 2016, Théâtral Magazine 

Seule en scène, Lucie Leclerc incarne les différents visages de la révolte avec une énergie communicative et une force vive, incandescente.
Léa Coff, 19 mai 2016, I/O Gazette

L’âme rongée par de foutues idées est la réponse essentielle, nécessaire, du théâtre aux chaînes d’info et elle n’est à rater sous aucun prétexte.
Sébastien Novac, 31 mai 2016, Gazette Debout

Le plateau noir et nu se fait cellule sombre et désert des possibles, espace-temps immortel au carrefour des époques. Comme un rendez-vous des générations, une faille qui ne demande qu’à être écartelée.
17 mai 2016, Léa Coffineau, La Jaseuse 

Plus proche du discours d’un groupe d’action directe que de Nuit Debout, la voix de la colère est ici canalisée par un spectacle à haute portée révolutionnaire et subversive.
Hadrien Volle, 10 mai 2016, YPSAR

L’âme rongée par de foutues idées, créée en février, sublimée par l’actualité, porte donc un questionnement aigu, fervent et enivrant sur les limites, les conditionnements, les frontières, les étapes, les franchissements, et s’étonne/s’émerveille/s’émeut de la fièvre des luttant-es, qui traverse les époques comme une éclatante maladie atemporelle, qui rend vivant-es.
Matthias Claeys-Dez, 13 mai 2016, J’ai vu ça

Entre utopies étudiantes et tétanie politique, rumeurs, spéculations et divers rebondissements, le réalisme du texte et de la mise en scène sont saisissants.
Marin de la Rochefordière, 12 mai 2016, La Péniche

Un flot alerte dans la voix, une diction saccadée, une énergie incroyable.
8 mai 2016, Rhinocéros

Interview de Lucie Leclerc et Guillaume Lambert, propos recueillis par Léo Serge, 4 mai 2016, Révolution Permanente

Télécharger la revue de presse de l’âme rongée par de foutues idées