Saison 21-22 – En résidence de création à l’Île de la Réunion.

Lolita Monga qui nous accueille nous prête ses mots et nous parle de paysage.

Lettre 1. Cher Faubert,

Koman i lé ?
Mon bientôt kaf mon bientôt dalon mon kamarad lo mo

J’ai parlé de Madagascar, de l’Inde, de la Bretagne
J’ai parlé des cérémonies un peu et de mon attachement à la terre
J’ai dit que je voulais arpenter le pays car c’est là que se livre dans les pas l’énergie d’une terre

L’île où tu as choisi de vivre, quelle est son importance pour toi ?

Peut être que je ne me trompe pas sur la menterie des doux mornes et leur apparence trop tranquille / Mais / Peut être le secret serait dans les deux mers, leur rencontre et tout ce qu’elles ramènent d’algues brunes et de bateaux de voyages

Cher Faubert,
Je regarde le paysage et Je pense aux terres agricoles de ma famille Envie d’aller chercher la mémoire de tous mes chemins
En t’en décrire l’exactitude
Mais je n’ai pas la mémoire.

Reste des images : 4L, chemin chaotique, zherbages sur les dos, flasques d’eau, nuits à la lueur de la bougie moques an tol à la fontaine, fangourin, fangok, terre rouge…
Et peut être qu’il faut que j’aille au bord de la rivière et écouter le vent du cirque toupilloner et voir le rempart de dos d’âne d’en face avancer et dans le flou de cette montagne voir la photo jaunie de famille. Me rappeler tout ça, le pépé, les terres et les colons et la tralée d’zenfants et son gros nez à mon grand père.
Car à moi on ne m’a pas raconté le temps du colonnage

Chez toi Tous les sangs sont chauds
Tous les chiens sont rouges
Les pierres aussi
Chez moi il n’y a plus que les mots à manger sur place qui passent comme douce lame sur l’horizon. Et ici ?

Approchons donc nos oreilles à la frange des trottoirs de ce pays Et envisageons toutes les conséquences possibles…

Astèr J’entre dans une nouvelle carte
Un individu tout neuf se déplace dans ce paysage. Que cela raconte t-il de ce paysage ? Et puis, des individus se déplacent, s’installent dans un paysage, rencontrent d’autres individus.
le paysage se transforme sous l’influence de ces rencontres. Un nouveau paysage pourrait naître de la rencontre imaginaire de paysages intérieurs, passés, présents ou futurs.

…Vauclin morne rouge, montagne pelée , morne Degas morne capot morne balai morne escarpé…

«Et me voilà avec les mots à énumérer, noms de chemins, de ravines de plaines de montagnes, mots qui viennent et partent en fumée, mots qui tracent les lettres de mon voyages, mots qui marchent sous le gros soleil, qui crapahutent jusqu’à la boutique du coin

Lo mo ki vol somin anparmi lo moun.
Alé vavang ! Sap si way. épisa vol si santyé galizé
Pose tes yeux sur les lieux
Au nom du père tigre de la petite brume
Au nom de la mère grègue du petit matin
Marche ! Voici le chemin de l’oeil, du pied , du bâton
4 directions , deux vents, une houle au corps
Le chemin que choisira ton lancer de caillou se mettra debout devant toi

Chez moi on dit que cette agriculture pays est fondée sur « la famille élargie ». Ce terme me plaît bien
« je vais à la rencontre de ma famille élargie ».
Comment ça va ma famille élargie ?

to to to na point personne , na d’moune ?

« Surveille ta langue aussi longtemps que tu vivras.
Je me dis ça je ne sais pas pourquoi depuis que je suis ici Ma langue se take
Pourquoi avoir peur qu’elle ne s’échappe ici ?

Le voyageur est plus loin que le voyage

Laissez-nous quelques mots

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s