©Lucine Charon

GUILLAUME LAMBERT, auteur-metteur en scène
Né en 1992, son théâtre est un théâtre de situations où la scène donne vie à toutes les relations qui unissent une personne et un groupe à son milieu : explorer les situations de théâtre et les situations de vie qui nous font agir. De 2010 à 2015, il étudie les sciences sociales et politiques. En 2014, il écrit et met en scène sa première pièce, Citoyens du vent, un spectacle explorant la condition étudiante, joué à la Maison des Métallos (Ici&Demain 2015). De mai 2014 à août 2015, il assiste Joël Pommerat à la dramaturgie de Ça ira (1) Fin de Louis. En 2016, il s’approprie la matière idéologique et historique de l’après-68 français pour écrire et mettre en scène L’âme rongée par de foutues idées (Manufacture des Abbesses, mai 2016 ; Texte en Cours 2016). Ce seul-en-scène d’une femme à l’engagement radical a été recréé en 2017 sous le titre Où va ma rage (Théâtre de l’Opprimé, La Baignoire et Texte en Cours, mai 2017).
En 2016, il fonde la compagnie l’instant dissonant pour mettre l’écriture et le spectateur en situation. L’écriture est décloisonnée, elle se construit au plateau, située au croisement du travail de l’auteur-metteur en scène, des comédiens-nes, des créateurs de la scène, et des documents du réel qui infuse la recherche. Depuis 2016, il se forme à la recherche au plateau en assistant à la mise en scène et à la dramaturgie des ateliers de la compagnie Louis Brouillard/Joël Pommerat (ENSATT, janvier et décembre 2016 ; La Manufacture, octobre 2016 ; Opéra Comique, 2017). En 2017, il lance la recherche de Petits effondrements du monde libre (La Loge, création le 10 janvier 2018), un repas-spectacle coproduit par la Maison du Comédien-Maria Casarès et La Loge. Pour ses résidences, le projet reçoit l’accompagnement de Matthieu Roy et le soutien du Théâtre de Gennevilliers – Centre Dramatique National (partenariat La Loge), du Théâtre de Thouars – Scène Conventionnée et des Studios de Virecourt.
Il construit son théâtre avec les spectateurs qu’il met en situation. Ce théâtre nait du dispositif scénographique qui inclut le spectateur aux situations fictionnelles. Après un seul-en-scène qui fait des spectateurs les personnages d’un soulèvement, le repas-spectacle met spectateur et acteur à égalité autour d’une même table. Ses interventions en milieu carcéral approfondissent cette pratique. En 2015, il assiste à la mise en scène du Désordre d’un futur passé, spectacle mis en scène par Jean Ruimi, Joël Pommerat et Caroline Guiela Nguyen au sein de la maison centrale d’Arles. En 2017, l’expérience à Arles se poursuit avec la mise en scène de Marius, d’après Marcel Pagnol, écrit et mis en scène par Caroline Guiela Nguyen et Joël Pommerat qu’il assiste à nouveau.
CREATIONS
Petits effondrements du monde libre, repas utopique (coprod. Maison Maria Casarès et La Loge, janvier 2018 ; Théâtre de Thouars-Scène Conventionnée ; Texte en Cours 2018)
Où va ma rage (Texte en Cours & La Baignoire à Montpellier, 2017)
L’âme rongée par de foutues idées (Texte en Cours 2016)
Citoyens du vent (Ici&Demain à la maison des métallos, 2015)
ASSISTANATS ET COLLABORATIONS
Ma Chambre Froide, de Joël Pommerat, assistant à la m.e.s. (Maison centrale d’Arles, 2018)
Les Hommes Approximatifs / Caroline Guiela Nguyen, documentaliste pour le projet 2020
Marius, de Joël Pommerat, assistant à la m.e.s. (Maison centrale d’Arles, 2017)
L’Inondation, de Francesco Filidei et J.Pommerat, assistant aux ateliers de recherche (Opéra-Comique, 2017).
Désordre d’un futur passé, de J.Ruimi, C.G.Nguyen et J.Pommerat (Maison centrale d’Arles, 2015)
Ça ira (1) Fin de Louis, de J.Pommerat, assistant à la dramaturgie

 

 

ZELDA BOURQUIN, complice artistique, comédiennephoto-zelda
Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’Université Paris-Sorbonne en Lettres modernes et Philosophie politique, elle entame en 2012 une formation en art dramatique dans les conservatoires de la ville de Paris auprès de Alain Gintzburger, Vincent Farasse, en danse auprès de Nadia Vadori Gauthier. Durant ces années elle interprète Margaret, dans Richard III (2014), Notes de cuisine de Rodrigo Garcia (2014), et porte une création collective qu’elle écrit pour 12 comédiens, Contradiction(s). En 2015 elle écrit une courte pièce philosophique, L’insensé. En tant que dramaturge, elle assiste Gérald Garutti dans le cadre de ses fonctions de conseiller littéraire au TNP de Villeurbanne jusqu’en 2013, puis rejoint la Compagnie C(h)aracteres dirigée par Gérald Garutti en tant que dramaturge et comédienne intervenante. Elle contribue à des spectacles qui interrogent les vecteurs de l’action humaine, individuelle ou collective : Lorenzaccio, A. Musset, Les Carnets du Sous-Sol, F. Dostoievski (m.e.s-, Gérald Garutti, 2014). En 2015, elle est assistante dramaturge sur le spectacle Richard III, Myself upon Myself ,m.e.s – Jean Lambert-Wild, au CDN de Limoges, Petit éloge de la nuit, m.e.s Gérald Garutti, qui sera créé au Théâtre du Rond Point, et Seuils, Kafka/Brecht, une adaptation de Gérald Garutti.

 

 

CHLOÉ BOUZON, complice artistique, créatrice culinaire
Formée aux arts du cirque en tant qu’équilibriste et acrobate au sol, elle a pratiqué la scène plusieurs années dans différents spectacles, avec une sensibilité particulaire au travail du clown et du burlesque. Elle découvre les métiers de cuisinière et pâtissière dans lesquels elle a décidé de persister, tout en gardant un pied dans le milieu du cirque et du spectacle. Elle crée Le Bocal et le collectif de l’étang en 2015, respectivement une petite entreprise de catering pour des compagnies de spectacles et un collectif d’artistes de cirque. A bord de sa caravane, elle sillonne les routes pour nourrir différentes compagnies de cirque, de danses, de théâtre, des musiciens… Elle a notamment travaillé : avec le Lycée Hôtelier de Chamalière (63) pour développer une section catering ; catering pour Musique démesurée à Clermont-Ferrand (63), festival de musique contemporaine ; catering pour le festival Le Grand Bourreau à Tours (37), festival de Cirque ; chef de partie pour Sauce Cévennes, printemps des comédiens et festival Villeneuve les Avignon ; catering pour Baro d’Evel Cirk tournée 2016/2017.

 

 

GEORGES DAABOUL, comédienphoto-georges-daaboul
Georges est né en Syrie en 1978. Après avoir obtenu une licence en Droit de l’université de Damas, il part en France pour étudier le théâtre à l’université de Provence où il obtient une licence en Art de spectacle puis un master en Traduction littéraire. Il a travaillé comme assistant à la mise ne scène avec de Frédérique Wolf-Michaux sur la création de La mer intérieure en 2003 au théâtre de Merlan à Marseille, avec François Michel Pesenti sur la création de Phèdre à l’Opéra de Damas en 2004. Durant ses études il a travaillé comme acteur sous la direction d’Agnès Delamo, Danielle Bré et Marie Vayssière. Il a participé pendant quatre saisons à l’atelier du Garage dirigé par François Cervantes à la Friche la belle de mai à Marseille. Il participe actuellement et depuis cinq ans à la performance Made in Paradise/Still in Paradise créée par Yan Duyvendak et Omar Ghayatt.

 

 

 

LUCIE LECLERC, comédiennephoto-lucie
Elle commence ses études de théâtre en classe préparatoire littéraire. En 2009, elle joue dans Hamlet montage, mis en scène par Maryse Meiche et Aline Vattier. Après un stage d’installation performance en Thaïlande, elle intègre l’école Point Fixe et travaille avec Bruno Wacrenier, Lorène Menguelti, Françoise Roche. Elle y est initiée au mime corporel. En 2013, elle rejoint le collectif CRISIS. Elle participe à un stage de danse-théâtre au Théâtre Gérard Phillipe de St Denis en mai 2014, dirigé par Nathalie Fillon et Jean-Marc Hoolbecq. Elle intègre la compagnie Avant l’Aube et joue dans L’Âge libre, remportant le prix du jury du festival d’ATEP de Paris III. La même année, elle entre au conservatoire du 6ème arrondissement, avec Bernadette Lesaché et Sylvie Pascaud. Elle joue dans SE/PARARE mis en scène par Laura Thomassaint et remporte le prix d’interprétation féminine de l’édition 2015 du festival Rideau Rouge. En mai 2015, elle joue dans La Machine, une création dirigée par Laetitia Guédon. Elle travaille actuellement sous la direction de Niels Arestrup et Brigitte Catillon au Théâtre de Paris.

 

 

GAUTHIER RONSIN, complice artistique, éclairagisteGautheir Ronsin
Il commence le théâtre par le jeu en participants à des ateliers à Theix puis intègre l’option théâtre du lycée Lesages à Vannes. En 2012, il intègre une formation technique après avoir fait une école de musique sur Rennes. Lors de sa formation, il travaille au Carré Sévigné, au festival Mythos et travaille à la création lumière d’Une Année sans été, mis en scène par Joël Pommerat, en compagnie d’Eric Soyer (Odéon, avril 2014). Depuis la fin de sa formation, Gauthier Ronsin travaille en tant qu’éclairagiste pour de multiples structures et compagnies. Il est actuellement régisseur technique/créateur lumière du collectif La Famille Walili, des groupes Narama and the Walili beat brother’s, Undergroove, Nebia trio, et Eshol pamtais. Enfin il collabore avec Guillaume Lambert depuis sa première création et a réalisé les créations lumières de Citoyens du vent et L’âme rongée par de foutues idées.

 

 

ALBERTINE VILLAIN-GUIMMARA, comédienneportrait-a-villain
Albertine a commencé sa formation artistique par la danse contemporaine auprès de Christine Caradec, Christian Ubl et Thomas Lebrun pour qui elle a été interprète dans une reprise de Switch au Centre Chorégraphique National de Tours puis dans la création With Pop Songs. Elle a suivi en parallèle des études de lettres classiques en Hypokhâgne et Khâgne avant d’intégrer l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique de Paris dont elle sort diplômée en 2015. Elle y suit l’enseignement de Serge Tranvouez, Jean-Claude Cotillard, Caroline Marcadé, Antoine Caubet, Catherine Rétoré, Tomeo Vergès, Cille Lansade, Jean-Benoît Mollet… Durant sa formation elle joue sous la direction de Régine Achille-Fould dans Blackbird de David Harrower au théâtre du Lucernaire puis au festival d’Avignon Off en 2014.  Elle fonde à sa sortie de l’école le Collectif L’improbable avec sept autres membres de sa promotion dont le premier spectacle Maraband, une création librement inspiré de L’annonce faite à Marie de Paul Claudel a obtenu le prix du public au festival Nanterre sur scène 2015 et s’est joué au théâtre de Belleville en 2016. Depuis elle joue sous la direction de Jean-Christophe Blondel avec La Divine Comédie dans Retours/Voyages d’Hiver un diptyque de l’écrivain Norvégien Frederik Brattberg et dans Œdipe à Colonne de Sophocle. Elle fait également ses débuts à la radio dans des dramatiques pour France Culture réalisées par Michel Sidorff.

 

 

LUCAS WAYMAN, comédienphoto-lucas
Lucas se forme au Conservatoire d’Art Dramatique de Colmar pendant cinq ans, sous la direction de Jean-Marc Eder et Françoise Lervy. Il travaille ensuite avec la Compagnie Strasbourgeoise du Mythe de la Taverne sous la direction de Jean-Marc Eder et avec l’Opéra du Rhin sous la direction de Sandrine Anglade. Il entre à l’Ecole Départementale de Théâtre d’Essone (EDT 91) en 2013, où il poursuit sa formation auprès de Christian Jéhanin, Jacques David, Philippe Minyana, Antoine Caubet, Nicolas Struve, Valérie Blanchon, Etienne Pommeret, Cécile Cholet… Il en sort diplômé en juin 2016. Parallèlement, il  travaille régulièrement en Alsace pour la Compagnie Les Endurants et en Rhône-Alpes pour la Compagnie Demain dès l’Aube pour qui il anime durant la Saison 2016-2017 une série de lectures théâtrales à l’Auditorium, scène régionale de Seynod, en compagnie de Françoise Maimone.

 

L’INSTANT DISSONANT donne régulièrement des ateliers de théâtre :
L’Échangeur à Bagnolet, atelier avec les collégiens de Politzer autour de Mai 68 (octobre 17 à mai 18)
Le Lycée le Moulin Vert dans l’Oise, ateliers autour de Petits effondrements du monde libre (février 2018)
Théâtre de Thouars, atelier de lecture autour de Ça ira (1) Fin de Louis (mars 2018)
Lycée Galilée à Gennevilliers, atelier autour de Ça ira (1) Fin de Louis en collaboration avec la Compagnie Louis Brouillard / Joël Pommerat (printemps 2018)
Le Centre de Détention de Melun, ateliers autour de Petits effondrements du monde libre (automne 2017)

Téléchargez le CV de l’Instant Dissonant